Autres réalisations

Participation active

Prendre part à une activité d’éducation aux médias, c’est avant tout, pour les élèves, une façon de participer activement à un projet pédagogique et motivant.
Par leur côté attrayant, les médias subjuguent, fascinent et intriguent les jeunes.  Submergés par l’abondance de messages médiatiques, il est plus qu’utile de leur apprendre à les manipuler, à les décrypter, à prendre du recul.

Soutien de disciplines scolaires

S’approprier un média dans le cadre d’un cours, c’est ajouter une vraie plus-value à un apprentissage, disons-le, plus traditionnel.

Créer une rédaction d’un journal en ligne, prendre part à un shooting photo dans le cadre d’une campagne de pub, scénariser un roman-photo, mettre sous presse le journal de l’école : autant d’activités attrayantes qui motivent les jeunes,  qui permettent une adhésion forte au projet et une entrée facilitée dans certaines disciplines scolaires.

C'est compliqué?

Bon nombre de projets d’éducation aux médias sont en outre facilement réalisables en classe, quel que soit le niveau, la filière, l’âge des enfants. Ils demandent peu ou pas de moyens financiers, d’outils technologiques ou de connaissances techniques.
Rédiger un « journal d’école » (format papier), analyser une campagne de publicité (documents à chercher dans les magasines,…), réaliser un court-métrage avec les élèves, créer un ciné-club et analyser certains aspects cinématographiques d’un corpus de film…
Ces activités et bien d’autres sont faciles d’accès, même pour les « non-initiés ». Pour ceux-là, il existe des formations qui leur permettent de rapidement se mettre à la page des dernières possibilités techniques.

Des ressources

Le caractère accessible des projets d’éducation aux médias s’expliquent aussi par la volonté d’institutions d’aider les enseignants à se lancer dans des projets d’éducation aux médias (entre autres les appels à projet du CSEM, les opérations Ouvrir Mon Quotidien, Journaliste en Classe, le prix des lycéens du Cinéma, Journalistes en herbe, Ecran large sur tableau noir, etc…)

Quelle richesse

Ces projets enrichissent grandement les élèves qui les vivent et les professeurs qui les mènent. Ils impliquent souvent un travail de groupe (conférence de rédaction d’un journal, travail des créatifs autour d’une publicité, travail des acteurs et des techniciens dans une fiction…) qui favorisent les liens dans le groupe classe.

Des compétences cachées

Ces activités permettent aussi de valoriser des compétences peu travaillées dans le cadre scolaire traditionnel et donc de remettre à l’honneur l’estime de soi (souvent malmenée par l’échec disciplinaire): le jeu de l’acteur, le dessin du graphiste, l’humour et la bonne plume du publicitaire, le regard acéré du photographe, l’œil perçant du critique de film, l’imagination de l’auteur de bd. Autant de compétences qui permettent aux jeunes de s’exprimer et de montrer une autre facette de leur personnalité.

Des compétences citoyennes

Enfin, les activités d’éducation aux médias aident à développer de nombreuses compétences (liées au « savoir-être » des élèves).
Après avoir conceptualisé une campagne de publicité, les jeunes seront plus à même de décrypter les stratégies publicitaires mises en œuvre par les agences. En ayant pris part au comité de rédaction d’un journal en ligne, les élèves comprendront mieux le chemin parcouru par une information, de sa source jusqu’à sa publication, et constitueront donc un public plus averti, mieux conscientisé à la nécessité de rester critique face aux informations véhiculées par les médias.

En devenant producteur, en analysant certains phénomènes médiatiques, les jeunes prennent du recul, aiguisent leur esprit critique et s’interrogent. Plus que l’acquisition d’une somme de savoirs, ces projets permettent aux jeunes de développer leur citoyenneté.