Eduquer au cinéma

L’éducation au cinéma devrait favoriser chez le spectateur une approche active et critique de l’image animée et du son. Par le terme «critique», on ne vise pas l’analyse critique du film mais bien le développement de l’esprit critique, du jugement sociologique du spectateur face à toute production cinématographique et plus largementmédiatique. Dans l’ensemble de la production audiovisuelle et médiatique, le cinéma se caractérise par les critères suivants:

  • La dimension socio-économique qui caractérise la production, la distribution, la diffusion cinématographique;
  • Le point de vue de l’auteur ;
  • Le caractère non personnalisé de la communication cinématographique ;
  • La perspective du ou des publics ;
  • L’approche combinée et active de l’image et du son (langage) ;
  • L’unité du discours (narrative, esthétique, argumentaire).

Enfin, les critères devront prendre en compte ce qui distingue l’objet cinéma des autres productions médiatiques.

Objectifs

L’éducation au cinéma devrait notamment aider le spectateur à donner un sens au film, à mettre en perspective son contenu et sa forme, à relativiser ses propres émotions et son premier regard sur l’œuvre, à motiver une adhésion ou un rejet. Eduquer au cinéma, c’est contribuer à donner au spectateur, face au film, un regard critique et un rôle de co-énonciateur grâce à une appropriation de l’œuvre en tant que récepteur. C’est l’aider à identifier le point de vue du réalisateur et les éléments de langage mis en œuvre par ce dernier pour faire passer ce point de vue auprès de son public. C’est également le rendre capable de cultiver son plaisir, d’exercer et d’affiner son jugement, de construire son expertise en devenant un cinéphile curieux.
Mais l’éducation au cinéma peut également poursuivre un objectif d’un autre type, complémentaire : faire en sorte que le spectateur/récepteur puisse, s’il le désire, devenir à son tour émetteur. Dans ce cas, il importe qu’il acquière les compétences nécessaires à l’expression et à la communication par l’image animée et le son tout en s’appropriant les fonctionnalités des nouveaux outils.

Eduquer au cinéma à l'ère numérique

De nos jours, une éducation au cinéma doit prendre en compte les nouvelles déclinaisons de l’image et l’émergence des médias numériques. 
En quelques années, cette émergence a largement modifié le domaine qui nous occupe. Le texte cinématographique a vu ses modalités d’écriture, de production, de diffusion et de projection se transformer profondément. Ces changements ont engendré des perceptions et des pratiques nouvelles. L’éducation au cinéma est ainsi devenue un véritable lieu de convergence et d’intégration des technologies de l’information et de la communication, ainsi que des pratiques qui en sont issues.
Plusieurs facteurs participent à cette mutation profonde :

  • Le développement exponentiel des techniques numériques et l’accès démultiplié qu’il offre au patrimoine cinématographique mondial ;
  • Les progrès de la vidéo-projection et des dispositifs comme le home cinéma au plan de la qualité de la diffusion image/son ;
  • Les sites de mutualisation des ressources ;
  • La banalisation des nouveaux outils numériques de prise de vue et de montage permettant l’accès simplifié à l’autoproduction ;
  • L’intégration dans une même création de différentes sources et types de contenus – textes, images d’archives, son, images en live, schémas ;

La numérisation est venue irriguer l’ensemble des activités de visionnement, de recherche documentaire sur des films et réalisateurs, de mise en images et en sons, d’échanges cinéphiles.
Ces applications de la révolution numérique ont induit de nouveaux comportements, collectifs ou individuels, une cinéphilie plus ouverte et plus diversifiée et qui s’adapte au formatage d’une image se pliant elle-même à la multitude des écrans, ceux de la salle obscure, de la TV, de l’ordinateur, du GSM ou de la console de jeux vidéo…
L’éducation au cinéma doit, elle aussi, prendre en compte ces mutations comportementales et technologiques.

Pour de nouvelles stratégies

Il importe désormais de mettre en place les nouvelles stratégies d’une cinéphilie évoluant au gré de ces mutations.
Théorie et pratique, visionnement collectif et individuel, images du cinéma « des premiers temps » et images hybrides que nous côtoyons au quotidien, œuvre globale et extraits significatifs doivent se rejoindre et se fondre dans un réseau de ressources complémentaires, de lieux, de méthodes d’analyse ou de réalisation.

En pdf