Création d'un webdocumentaire "Ta culture+ ma culture = notre école"

Date: 
Mardi, 31 Mai, 2016
Enseignement: 
Provincial
Nom de l'établissement: 
LPHC
Commune de l'établissement: 
Hornu
Niveau: 
secondaire
Compétences : 

Manipuler les différents médias.
S'informer, se documenter.
Faire le lien entre le support papier et le support numérique.
Se questionner sur ses intentions personnelles et celles du groupe.
Travailler ensemble, effectuer des choix en commun, répartir les tâches.
Communiquer, échanger.
Choisir une narration cohérente.
Prendre des responsabilités, faire preuve de curiosité.
Connaître les autres et accepter les différences (écouter, dialoguer, travailler en équipe).
Adopter une attitude responsable et citoyenne.

Objectifs: 

Découvrir et comprendre le fonctionnement d'un webdocumentaire.
Produire un webdocumentaire sur le thème des relations entre les différentes cultures de notre école et témoigner de la richesse de celles-ci.
Créer une narration interactive et transmédia réunissant textes, images, photos, vidéos, sons, etc.
Créer une dynamique de groupe au sein de la classe afin de faire tomber les clichés que véhicule chaque culture.

Organisation matérielle: 

Les activités liées à la création du webdocumentaire  ont été organisées durant les cours de français (2h/sem) entre février et mai. Le budget octroyé nous a permis d'acheter 6 tablettes qui ont permis de visionner en classe des webdocumentaires divers et de faire des photos pour alimenter notre webdoc. Le montage des vidéos a été réalisé sur l'ordinateur personnel du professeur à l'aide des logiciels moviemaker et vidéopad. Le webdoc a également été créé à partir de l'ordinateur du professeur avec la version démo (gratuite pendant 14jours) du logiciel klynt.

Durée: 
4 mois
Education aux médias: 

La réalisation d'un webdocumentaire en classe est en parfaite adéquation avec l'éducation aux médias. Le fait de créer un webdoc amène les élèves à une prise de conscience de la valeur de l'information, et plus important, de sa construction.
Depuis quelques temps, les webdocumentaires se répandent sur la toile et ceux-ci traitent de sujets très divers. Contrairement au documentaire classique, le webdoc implique son public et lui permet d'intéragir. Même si les sujets sont souvent très sérieux, il y a dans le webdoc un aspect ludique pour l'utilisateur. Les caractéristiques du documentaire sont bousculées par ce nouveau média. Se pencher sur ce phénomène avec des élèves est donc une perspective très intéressante pour l'éducation aux médias.

Développement: 

Le webdoc est visible sur cette page: http://www.webdoclphc.esy.es/

Déroulement

La création d’un webdocumentaire sur le thème « Ta culture + ma culture = notre école » permettra de privilégier le travail de groupe. Les compétences de chaque élève seront mises en avant (talent artistique, technique, organisationnel …). Plus l'activité est basée sur les atouts et les acquis des jeunes, plus l'adhésion au projet sera grande.  Tous trouveront leur place et verront leurs aptitudes exploitées. Les élèves apprendront par essai-erreur : mieux que des discours magistraux, c’est par la pratique que les élèves prendront connaissance des outils audiovisuels, des logiciels.
 
 Étant donné qu’il s’agit d’un projet de grande envergure il a débuté en janvier. Voici un bref compte-rendu des activités qui ont été réalisées avec les élèves.
4 décembre : « Journée Saint-Nicolas » au LPHC Hornu.
Malgré le fait que le projet n’était pas encore commencé, cette activité s’est imposée d’elle-même. En effet, le 13 novembre, les attentats de Paris marquent tous les esprits et suscitent beaucoup de réactions chez les élèves. Il est évident que le sujet est abordé en classe.
Nous avons de nombreux élèves musulmans dans l’établissement et je trouve important de les laisser s’exprimer au sujet des attentats, du terrorisme et de l’islamophobie de certaines personnes. Tous condamnent les actes terroristes et regrettent que leur religion soit salie de la sorte.
Deux semaines environ après les attentats, nous organisons la traditionnelle fête de Saint-Nicolas, sauf que cette année, Saint-Nicolas et Père Fouettard sont incarnés par deux élèves d’origine algérienne et de confession musulmane. Mes élèves ont donc suivi les deux personnages pendant une matinée, pour mettre en évidence la grande tolérance de ceux-ci.
Comme les élèves n’avaient pas encore été familiarisés avec le matériel vidéo et ne connaissaient pas les techniques de l’interview, nous avons décidé de garder quelques images (les meilleures) de cette journée et d’en faire une petite séquence sur fond musical.
 
Mi-janvier : comme mentionné précédemment, j’ai présenté le projet aux élèves à savoir la création d’un webdocumentaire sur le thème « Ta culture + ma culture = notre école ». Une discussion collective a été menée concernant ce nouveau média afin d’identifier quelles sont les connaissances sur celui-ci.
Fin janvier : exploration et visionnage de différents webdocumentaires (Photo de classe, Sarcellopolis, Le bruit des mots...) et analyse de ces productions multimédias au local multimédia ainsi que des extraits de documentaires classiques (Super Size Me, Être et avoir, La Marche de l'Empereur...). L’analyse du documentaire et du webdocumentaire a permis aux élèves de dresser les différences et similitudes entre ces médias. Ensuite, je leur ai proposé de continuer leurs recherches à domicile.
Début février : première réflexion sur l'organisation future du webdocumentaire et sa forme esthétique. En fonction de cette ébauche d’organisation, des groupes d’élèves « reporters » ont été définis de sorte que chacun puisse trouver sa place lors de la création du webdocumentaire.
 
Mi-février : discussion autour des logiciels (klynt, movie maker et videopad) et du matériel (tablettes, ordinateurs, caméra sur pied) à utiliser pour la création du webdocumentaire.
Fin-février : un cours a été consacré à une séquence du webdocumentaire : la présentation du maitre de projet (moi-même). Les élèves m’ont filmée et interrogée selon deux axes : brève biographie et le choix de créer un webdocumentaire.
Le mercredi 16 mars était organisé un petit déjeuner multiculturel pour les élèves du 3e degré. Avec ce petit déjeuner, les élèves de la classe « projet », avaient l’occasion de mettre en avant les valeurs de partage défendues par l’établissement. Pour ce faire, il me semblait judicieux d’apprendre aux élèves l’interview puisqu’ils auraient été amenés à interroger des élèves de cultures différentes lors de ce petit déjeuner.
Toute cette partie a été prise en charge par ma stagiaire de 3è année qui a assuré les cours durant trois semaines. Elle a donc travaillé avec les élèves les techniques de l’interview qu’ils ont mises en pratique le jour du petit déjeuner. Les questions étaient préparées, les rôles étaient répartis afin de réaliser un mini-reportage qui allait enrichir notre webdoc.
Pour l’organisation, les élèves ont trié les interviews réalisées, décidé de celles qui seraient retenues pour le montage et déterminé l’ordre dans lequel elles seraient montées en fonction du sens général que l’on souhaitait donner au webdocumentaire.  Au niveau de l’aspect technique, ils ont importé les interviews sur l’ordinateur, nommé leurs fichiers selon le tri de leur contenu informationnel, créé des copies de sauvegarde sur un support externe. Le constat était sans appel : même si les interviews étaient correctes, le cadrage et les prises de vues n’ont pas été filmés correctement. Toutefois, nous avons pu retenir certaines vidéos pour le montage.
Ensuite, le tri et l’organisation des vidéos terminés, les élèves étaient initiés au montage des capsules audio et audiovisuelles. Un temps de familiarisation leur était octroyé avec les logiciels de montage. Ici encore, son appropriation favorise le développement des compétences définies pour l’éducation aux nouvelles technologies. Les logiciels utilisés étaient au nombre de deux : movie maker et videopad. Pourquoi utiliser ces logiciels ?  Ceux-ci sont faciles d’accès et totalement gratuits. De plus, ils sont très rapides et ne demandent pas de connaissances techniques particulières.
Enfin, en ce qui concerne le choix des musiques de fond, nous avons utilisé le site http://www.auboutdufil.com/  qui propose des morceaux libres de droits. Une brève (car manque de temps) sensibilisation aux droits d’auteurs a été abordées oralement avec les élèves. Même si nous n’y avons pas consacré beaucoup de temps, ils ont compris ce que signifiait la propriété intellectuelle et qu’il n’était donc pas autorisé  d’utiliser n’importe quel contenu dans le webdoc qu’ils réalisent.
Toutefois, si le travail de post-production reste accessible et facile pour les élèves, ce travail prend énormément de temps. En effet, comme dit précédemment, les cours de français se répartissent sur deux heures/semaine. Afin que le travail puisse avancer, j’ai dû consacrer beaucoup de mon temps en dehors des heures de cours.
Suite au petit déjeuner multiculturel, trois activités supplémentaires ont été réalisées avant de concevoir le webdocumentaire. Je tiens à préciser que tout ce qui concerne le travail de montage suit la même méthodologie ainsi que les mêmes logiciels qu’au point précédent.

  1. Première activité : « Album photo »

À l’approche des portes ouvertes et pour donner matière au webdocumentaire, les élèves étaient chargés de prendre des photos sur le thème « Ta culture + ma culture = notre école ». Ces photos pouvaient être prises à l’intérieur et à l’extérieur de l’école. Ceux-ci avaient un laps de temps de deux semaines pour réaliser ce travail. De plus, durant deux heures de cours, à l’aide de tablettes tactiles (qui me sont parvenues malheureusement un peu tard), les élèves ont recherché des citations via internet sur le thème de la multiculturalité.
Avant les portes ouvertes, les photos et les citations ont été regroupées sur un ordinateur et certaines ont été imprimées pour l’évènement et ont servi à préparer une petite exposition illustrant le projet. Ce dernier a permis, de ce fait, d’obtenir une galerie d’images pour la conception du futur webdocumentaire.

  1. Deuxième activité : témoignages

Pour cette activité, il était question d’interroger des élèves de l’école qui n’étaient pas nés en Belgique. Par manque de temps et surtout parce que bon nombre d’élèves étaient en stage, nous avons décidé d’interviewer cinq élèves qui répondaient à ces conditions.
Nous sommes allés chercher les différents interviewés et nous leur avons expliqué le sujet de l’interview. Les élèves ont insisté sur le fait que les interviewés devaient bien développer leurs réponses car seules celles-ci entreraient dans le webdocumentaire. Ensuite, chaque élève était à son poste spécifique et l’interview pouvait débuter. Voici les différentes questions posées lors des interviews : Où es-tu né ? / Quel âge avais-tu quand tu es venu en Belgique ? / Pour quelles raisons as-tu quitté ton pays ? Pourquoi la Belgique et comment t’y sens-tu ? Comment as-tu appris le français ? As-tu éprouvé des difficultés ? Peux-tu comparer l’école de ton pays d’origine et ici ? Ton pays te manque-t-il ? Penses-tu y retourner un jour pour y vivre ? Quand tu retournes dans ton pays, la Belgique te manque-t-elle ? C’est quoi la Belgique pour toi ? Il est à noter que les interviews se sont déroulées dans des lieux différents au sein de l’école afin d’obtenir des prises de vues différentes.

  1. Troisième activité : message dans plusieurs langues

À la manière des stars du football, les élèves ont eu envie de transmettre leur message à travers une séquence vidéo dans laquelle des élèves et des professeurs d’origines diverses écrivaient au tableau et prononçaient face caméra la phrase « Ta culture + ma culture = notre école »
 

  1. Conception du webdocumentaire
  1. Structure du webdocumentaire

Avant de se lancer dans la conception du webdocumentaire, une réflexion finale sur l’organisation de celui-ci était primordiale. Chaque élève a pris part à la discussion afin que tous se sentent impliqués dans le projet. De plus, l’aspect esthétique a été mentionné et a permis à certains de faire preuve de créativité. Voici la structure du webdocumentaire à partir des conclusions des élèves.L’image d’introduction du webdocumentaire consiste en un regroupement d’images où l'on peut retrouver des photographies d’élèves et de professeurs du Lycée Provincial d’Hornu. Les élèves se sont inspirés d’une publicité Benetton et ont choisi le slogan « United colors of LPHC Hornu » afin de mettre en évidence les diverses cultures au sein de l’établissent.

  1.   Première séquence : présentation de la prof Cette séquence s’articule autour d’une présentation de moi-même ( ma jeunesse, mon métier de professeur,  le choix de créer un webdocumentaire avec les élèves)
  2. Deuxième séquence : l’activité Saint-Nicolas
En ce qui concerne cette séquence, elle résulte d’un petit montage sur la journée de Saint-Nicolas afin de mettre en évidence que les deux personnages étaient incarnés par des élèves musulmans.
  1. Troisième séquence : le petit déjeuner multiculturel
Montage des vidéos et des interviews réalisées lors du petit déjeuner multiculturel.
Sur le plan esthétique, on verra dans un premier temps l’évènement  proprement dit : les élèves, les parents ainsi que les professeurs conviés ; les différents plats préparés pour l’occasion...
Dans un second temps, on observera les interviews  réalisées par les élèves sur le thème du mélange de cultures au sein de l’établissement scolaire.
  1. Quatrième séquence : l’album photo
Pour la conception du webdocumentaire, une séquence sera nommée « Album photo » qui regroupera toutes les photos des élèves lors des différentes activités réalisées lors de ce projet ainsi que les citations qu’ils ont recherchées via internet.
  1. Cinquième séquence : témoignages
En ce qui concerne cette séquence nommée « Témoignages », elle se présentera sous forme de diverses photos de chaque interviewé. En cliquant sur l’image de l’interviewé, on retrouvera les réponses de son interview. Le travail de montage étant conséquent, celui-ci a pris énormément de temps.
  1. Utilisation du logiciel KLYNT 

Pour concevoir ce webdocumentaire, nous avons opté pour le logiciel KLYNT car il est simple d'utilisation et permet un maniement rapide. De plus, il est très intuitif et ne requiert pas de compétences techniques spécifiques. Toutefois, ce logiciel est payant mais une version gratuite de 15 jours est possible. De ce fait, l’entreprise de la création du webdocumentaire a été retardée puisque tous les montages de toutes les activités devaient être finalisés avant d’utiliser la version gratuite. 

Prolongement: 

L’acquisition de nouveaux outils tels que des tablettes tactiles nous permettra, dans les années à venir, de mettre en place d’autres projets du même type abordant peut-être d’autres thèmes et touchant à d’autres disciplines comme l’histoire, la géographie ou les sciences. En effet, les élèves pourraient utiliser le webdocumentaire pour présenter leur école et valoriser les métiers qualifiants, faire des recherches, rendre compte de certaines visites, raconter un voyage, parler de leur région, etc.

Ressources: 

Lecomte J, Médias et informations, 40 activités pédagogiques pour le secondaire, De boeck, 2014

Note de réflexion: 

À l’heure d’aujourd’hui, le projet est terminé. Toutefois, à cause du manque de temps, il ne ressemble pas tout à fait à ce que j’avais imaginé au départ. En effet, j’avais mal évalué la masse de travail que cela représentait et comme je suis le seul professeur qui se lance dans ce genre d’aventure (projets médias), j’ai porté le projet seule (avec ma stagiaire qui a été formidable), ce qui n’a pas été facile. De plus, ayant utilisé la version de démo (gratuite) du logiciel de création  de webdocumentaires, je ne suis pas en mesure de le diffuser sur internet pour l’instant. Je suis donc dans l’attente d’un budget qui me permettrait d’acheter le logiciel et ainsi de le partager sur internet.
J’ai eu la chance d’être soutenue par la direction qui a approuvé toutes les activités que j’ai entreprises dans le cadre de ce projet (sorties cinéma, théâtre…) et qui je pense, m’a accordé sa confiance tout au long de cette année.
Les démarches de commande de matériel (6 tablettes) ont pris plus de temps que je ne le pensais et l’utilisation des tablettes a commencé un peu tard. Toutefois, elles se sont avérées très pratiques car elles ont permis aux élèves d’effectuer des recherches dans la classe grâce à la connection wifi de l’établissement, de visionner des webdocs et de faire des photos. Elles seront un outil très intéressant pour les années scolaires à venir.
En ce qui concerne le contenu du webdoc, j’aurais aimé qu’il soit plus important. En effet, il manque selon moi des vidéos montrant des élèves en immersion dans la culture de l’autre ainsi que des interviews des parents. Mais à l’approche des examens, j’ai du arrêter les prises de vues et me contenter de ce que nous avons.
L’idéal serait de poursuivre le projet l’année prochaine avec la même classe mais ils seront en 5è année et je n’ai pas la charge des cours de français au 3è degré.
Je conclurai en disant que ce fut une expérience très enrichissante, autant pour les élèves que pour moi. Je suis très contente du travail accompli par cette classe (considérée comme très difficile par tous les collègues !) car ce n’était pas gagné d’avance. Au final, le résultat est assez concluant.

Thèmes: 
Voir et découvrir
Analyser et comprendre
Ecrire et illustrer
Catégorie: 
Transmédias
Public cible de l'activité: 
Adolescent